Frédéric Gracia travaillant sur le portrait de Napoléon .
Fresque de Montereau (77)

PEINTURE :



ART 
         &  
              TECHNIQUE...


 



Frédéric Gracia vous fait découvrir quelques astuces et techniques de peinture.
Découvrez les fiches dédiées aux différentes techniques de peinture :

 
Quelques techniques de la Renaissance à aujourd'hui :
la tempera
aquarelle, gouache et pastel
fresque murale
peinture à l'huile
techniques synthétiques
techniques de peinture acrylique
 
Une approche technique :
peinture « en épaisseur »
peinture à l’aérosol
peinture au lavis, aquarelle, glacis
pastel gras
collage

Une approche plastique :
lignes et surfaces
couleurs
 
Une approche stylistique :
textes et lettres
la reproduction par grille et la projection par rétroprojecteur
graffitis
trompe-l’œil de bas-relief
trompe-l’œil - décors de théâtre

Quelques techniques : de la Renaissance à Aujourd'hui

 

La tempera

 

La Tempera reste la pratique dominante dans la peinture sur panneaux jusqu'à la fin du XVIème siècle.
 

On peut utiliser de l'eau ou de la colle comme seuls médiums, mais la peinture est alors peu résistante et très sensible aux variations hygrométriques. On préfère souvent ajouter de l'œuf. Le jaune permet l'émulsion (avec de l'huile et du vinaigre) et le blanc, insoluble à l'eau, donne de l'éclat aux couleurs. Les recettes sont très nombreuses. On peut ajouter de la cire d'abeille, de la chaux, de l'amidon, de la caséine ou toute autre sorte de substance. Sur les panneaux de bois, on est souvent contraint d'employer un enduit appelé gessoduro composé de plâtre mêlé à de la colle. Les couleurs de la tempera sont plutôt mates, elles perdent leur ton en peu de temps. Peu à peu, le nombre des pigments employés s'accroît considérablement. Ils sont d'origine minérale (terres naturelles ou brûlées, pierres) ou animale (résidus animaux). Avant de les incorporer au médium, il est nécessaire de les broyer longuement.

 

Aquarelle, gouache et pastel

 
L'aquarelle, employée depuis la Renaissance, constitue un cas particulier. C'est une détrempe très légère, appliquée sur du papier, et dans laquelle on emploie beaucoup les superpositions de couches de différentes couleurs et de différentes densités. L'aquarelle permet surtout aux artistes de composer leur peinture en utilisant la réserve qui consistait à laisser vierges certaines surfaces de papier. Pour cette raison, les questions concernant l'aquarelle sont très proches de celles du dessin.
 
La gouache est une tempera plus épaisse, plus pâteuse. C'est la technique traditionnelle des anciens manuscrits, à laquelle on ajoutait une substance empêchant la fermentation.
Le pastel, qui eut un grand succès au XVIIIème siècle, associe les matériaux du dessin (le fusain, la sanguine, la craie, etc.) qui, après être réduits en poudre, sont dilués avec de l'eau et parfois des pigments supplémentaires.
 

Fresque murale

 
À la Renaissance, on codifie la pratique de la fresque, employée pour la peinture murale depuis l'Antiquité sous différentes formes.
 
Le principe classique consiste à appliquer des pigments colorés dilués à l'eau sur une paroi enduite d'un mortier frais composé de chaux éteinte.
 
Au moment du séchage, le mortier absorbe les couleurs et fixe ainsi la peinture sur le mur. L'opération se réalise en plusieurs temps. On enduit d'abord le mur d'un mélange appelé l'arriccio et composé de deux tiers de sable fin (ou de stuc) et d'un tiers de chaux.
Au moyen d'un poncif (la sinopie), on reporte sur le mur, par la technique du pochoir, les contours du dessin d'ensemble.
 
On divise ensuite la surface à peindre en plusieurs secteurs appelés les giornate (journées) et correspondant chacune à la capacité quotidienne de travail de l'atelier.
 
Chaque matin, on applique un dernier enduit, moins épais, appelé l'intonaco et composé pour moitié de sable et pour moitié de chaux. On peut alors étendre au-dessus les couleurs tout en ayant préalablement connaissance des modifications qu'elles subiront au contact de la chaux.
Les pigments employés sont des terres (chaux séchée, terre de Sienne, cadmium, cobalt, etc.) et des pigments d'origine végétale (chêne ou pins calcinés, etc.).
En théorie, lorsque l'enduit est sec à l'issue de la journée, il n'est plus possible d'intervenir sur la peinture, sinon au moyen de la peinture à sec.
 
Le graffito constitue un cas particulier de la peinture à fresque. Il est d'un usage courant dans les peintures de murs extérieurs à l'époque moderne, et, bien qu'il soit particulièrement exposé aux intempéries, on en conserve de fort beaux témoignages, notamment dans le nord-est de l'Italie et au sud de l'aire germanique. Il consiste à recouvrir de mortier la couche colorée. Le dessin recherché apparaît après un grattage de certaines parties.
 
Les contraintes de cette technique ont poussé les artistes à chercher des solutions intermédiaires comme la demi-fresque, dans laquelle on peut intervenir après séchage au moyen de couleurs diluées à l'eau de chaux. Mais, fréquemment, la peinture que l'on appelle aujourd'hui à fresque n'est qu'une simple peinture à l'eau, le plus souvent synthétique, sur un enduit sec.
 

Peinture à l'huile

 
La véritable nouveauté fut la peinture à l'huile. Cette technique a été définitivement mise au point vers la fin du XVème siècle dans les Flandres et en Italie. Sous de multiples variantes, le procédé se généralisa au XVIème siècle dans tout l'Occident.
 
Les frères Van Eyck et Antonello da Messina furent parmi les premiers à montrer toutes les ressources que l'on pouvait tirer de cette matière. Elle procure une certaine commodité du travail (avec la possibilité de travailler assez longtemps sans que le véhicule ne sèche trop vite) et donne aux couleurs brillance et transparence.
 
Comme dans le cas de la tempera, les recettes sont innombrables. Il s'agit parfois d'une émulsion composée d'huile, d'œuf, de vernis et d'eau. Plus simplement, on trouve également l'emploi d'huiles essentielles (comme l'essence de térébenthine ou de lavande) ou d'huiles pures (comme l'huile de lin, de pavot ou de ricin) comme seuls médiums.
 
Avec l'huile, on emploie le plus souvent un subjectile composé d'une toile (lin ou chanvre) tendue par un châssis en bois enduit d'une couche de colle. Mais on peut aussi utiliser des supports très variés : la pierre, le cuivre, l'ardoise, etc.
 
Dans certains cas, on passe également un fond coloré avant de peindre. C'est le cas de la technique dite de l'imprimitura, un liquide composé de jaune de Naples et d'huile.
 
Le procédé du marouflage, employé depuis le XVIème siècle, consiste à encoller des toiles peintes sur un mur, sur un plafond ou sur un support amovible comme un panneau de bois, par exemple.
 
La dernière opération, après les couleurs, consiste à appliquer un vernis qui a pour but de protéger la couche picturale. À Venise, on employa beaucoup le glacis qui consistait en un premier vernis légèrement pigmenté, c'est un vernis dit « à peindre! ».
 
D'une manière plus générale, on distingue les vernis gras des vernis à base d'essence. Les vernis gras sont plus résistants, mais tendent à s'assombrir et à jaunir avec le temps.
 

Techniques synthétiques

 
Depuis la Seconde Guerre mondiale, l'emploi des peintures de synthèse s'est développé afin de répondre de manière plus souple aux exigences des artistes en matière de siccativité des matériaux (temps de séchage), de maniabilité (possibilité d'employer des instruments d'application plus variés) et de stabilité des couleurs. Il s'agit d'émulsions composées de résines de synthèse de type vinylique ou acrylique (matières plastiques). Elles possèdent un grand pouvoir couvrant, ce qui permet de les utiliser même sur des supports particulièrement difficiles, comme le béton ou le ciment. Elles sèchent en peu de temps et évitent ainsi à l'artiste l'inconvénient majeur de la peinture à l'huile.
En outre, les couleurs sont remarquablement stables et presque inaltérables dans le temps. On peut enfin réguler la densité du produit, dont dépend la matité de la couleur, par une simple adjonction d'eau.
 




Acrylique sur toile. Frederic Gracia

 

Techniques de peinture acrylique

 
La peinture acrylique, un médium moderne disponible de façon générale depuis les années 60, est devenu très populaire grâce à sa grande polyvalence. Elle est faite de pigments, d'eau et d'un lien acrylique qui forme, une fois sec, un film solide et clair quand l'eau s'est évaporé. C'est le film transparent qui laisse refléter la lumière sur les pigments à l'intérieur et lui donne sa brillance. L'acrylique sèche très rapidement ce qui vous évite d'attendre avant d'entreprendre l'application d'une autre couche.
 
Son film est plus flexible que les autres média et il ne craque pas. Les acryliques sont résistantes à l'eau une fois sèches ce qui implique que vous pouvez peindre sur une couche sans affecter la couleur déjà appliquée.
 
La couleur de sera pas délavée par un pinceau humide contrairement à l'aquarelle. Pour diluer la couleur simplement y ajouter de l'eau. Le ton de l'acrylique s'assombrit en séchant contrairement à l'aquarelle qui elle pâlit. Il faut en tenir compte dans vos mélanges. Vous pouvez utiliser l'acrylique très diluée pour un effet aquarelle ou directement du tube pour un sentiment de peinture à l'huile. Ne croyez pas que l'acrylique n'est qu'une pâle imitation des autres médias. C'est un médium fascinant qui a ses propres règles et qui est utilisé de multiple façons par des artistes professionnels.
 
 

Technique acrylique aquarelle

 
En diluant l'acrylique avec une petite quantité d'eau et du médium acrylique, la peinture peut être utilisé comme une aquarelle transparente. Le fluidifiant acrylique donnera à la peinture la consistance de l'aquarelle mais maintiendra la force de la couleur.
 
Comparaison avec l'aquarelle:
1 - Comme l'acrylique est résistante à l'eau une fois sèche, on peut repeindre sans affecter la couleur de la couche précédente.
 
2 - Pour cette même raison, il n'est pas nécessaire d'encadrer sous verre une oeuvre à l'acrylique.
Pour une protection supplémentaire il est recommandé d'appliquer un vernis qui pourra être enlevé lors d'un nettoyage.
 

Technique acrylique comme l'huile

 
Quand elle est utilisée directement du tube, la peinture acrylique à une consistance très similaire à celle de la peinture à l'huile. Comme l'huile, elle laisse paraître les coups de pinceaux ou de couteaux, vous permettant de créer une grande gamme d'effets et de textures sur la surface.
Comparaisons avec l'huile:
 
1 - L'acrylique sèche rapidement. On peut généralement appliquer une autre couche en une heure.
2 - Une fois sèche, l'acrylique reste très flexible ce qui implique que l'on peut peindre sur la plupart des surfaces non brillante et non graisseuse sans craquelure ni se séparer. Les couleurs peuvent être appliquées en couches épaisses et, avec quelques précautions, une fois sèche, la toile peut être roulée.
 
3 - L'acrylique ne requiert pas de sous couche avant d'être appliquée sur le papier, le coton, le lin ou le bois contrairement à l'huile.
4 - Parce qu'on peut les diluer à l'eau même une fois sèche les couleurs acryliques peuvent être retirées du pinceau ou de la palette avec de l'eau et du savon. Il faut toutefois le faire soigneusement afin d'éviter que des résidus ne restent collés et endommagent les pinceaux.
5 - L'acrylique, une fois sèche, est résistante à l'eau. Elle est donc parfaite pour les peintures murales et les couleurs gardent leur intensité au fil des ans.
 

Comment utiliser l'acrylique

 
Comme mentionné plus haut, avec la technique aquarelle vous devez diluer la peinture avec de l'eau (ou du médium) comme vous le feriez pour des lavis à l'aquarelle. (Travaillez rapidement parce la peinture sèche très vite). Il faut peindre du plus pâle au plus foncé comme vous le feriez en aquarelle. Avec la technique de peinture à l'huile, utiliser la peinture de façon plus opaque et travaillez du foncé au pâle.

C'est une bonne idée de faire un lavis sur l'ensemble de votre espace à peindre avant de commencer. Ceci aide à donner un effet d'ensemble à votre tableau.

L'acrylique peut aussi servir pour la technique d'empâtement ce qui implique de travailler avec d'épaisse couches de peinture superposées et texturées au lieu d'une surface douce et plate. Avec cette technique d'empâtement vous pouvez faire des gazons ou des rochers pratiquement en trois dimensions du premier jet.

L'acrylique est excellente aussi pour les portraits texturés et une grande variété de techniques donnant plusieurs effets. Pour une surface rugueuse, appliquez un ton plus clair sur un décor foncé avec un pinceau sec et de la couleur pure. Une succession de glacis avec une peinture diluée peut aussi donner des effets intéressants, alors qu'un grand empâtement est bon pour suggérer des textures de plâtre ou de stuc.

Les couteaux à peindre peuvent produire des marques craquantes qui sont parfaites pour l'écorce ou le feuillage d'arbre. Expérimentez ! En général en travaillant rapidement et librement vous garderez votre peinture libre et spontanée. Après tout, vous pouvez corriger facilement si vous perdez le fil!


 
 

La ville Lumière. Acrylique sur bois.  Frederic Gracia
 

La technique acrylique

La peinture acrylique est un produit relativement nouveau concernant les médiums de peinture à la disposition des artistes aujourd'hui. Conçu dans les années 1950 ce matériau a été depuis continuellement en cours d'élaboration et de raffinement.

La peinture acrylique est assez révolutionnaire dans le milieu artistique en raison de sa merveilleuse polyvalence. Peut être appliquée épaisse comme une pâte ayant une texture riche ou bien dans les lavis avec des caractéristiques semblable à l'aquarelle.

Une autre caractéristique sympathique de la peinture acrylique est sa permanence. L'acrylique n'est pas sensible au jaunissement ou le durcissement avec l'âge. Aucun fixateur, durcisseur et autre siccatif n'est recommendé, pas de vernis, medium obligatoire ou d'autres techniques spéciales qui garantissent que le film de peinture sera exempt de fissures. Donc on peut dire que la peinture acrylique est beaucoup plus facile à utiliser que la peinture à l'huile.

Une autre caractéristique qui invite les nouveaux artistes à l'essayer est son temps de séchage rapide. La peinture acrylique sèche vite, les couleurs peuvent être appliquées par couches successives, le temps de séchage peut même être accéléré grace à un seche-cheveux.

Il y a cependant quelques inconvénients au temps de séchage rapide des peintures acryliques:

1) La peinture justement à cause de temps de séchage rapide peut perturber le novice :  il faut travailler rapidement. (il existe néanmoins des médiums qui retarderont ce temps de séchage. (Pratique pour cetains dégradés)

2) Le temps de séchage rapide des acryliques peuvent aussi détruire les pinceaux si les brosses ne sont pas nettoyées immédiatement.

3) La peinture acrylique est particulierement difficile à appliquer à l'extérieur en été sur les façades ensoleillées. A cette période préférer le matin et le soir, plutôt qu'en milieu de journée. Quelle que soit la couleur que vous mettrez sur votre palette, la peinture va commencer à sécher rapidement et formera une pellicule sur la surface. Veiller à refermer les pots!



 

Opera ou Hommage Jessye Norman. Acrylique sur toile . Frederic Gracia




Aquarelle Effets

La peinture acrylique fonctionne à merveille comme médium transparent, semblable à l'aquarelle. Les Acryliques ont un avantage par rapport à l'aquarelle. Vous pouvez appliquer un certain nombre de lavis ou jus minces sans crainte de d'altérer par dilution la couche d' en dessous. Vous devez cependant attendre un séchage complet avant d'en appliquer une autre.
Le seul inconvénient à l'utilisation de l'acrylique comme médium aquarelle est la difficulté à modifier la couleur. Une fois que la peinture acrylique commence à sécher, il devient assez difficile à la travailler.
Noter que la couleur acrylique fonce en général d'un ton en séchant. Le vernis foncera lui aussi d'un ton supplémentaire. pas facile de tout prévoir (par exemple lors d'une reproduction d'un marbre à l'identique...)


La technique du sgraffite

Sgraffite est une technique de grattage. Elle tient son nom de graffiare, mot italien qui signifie littéralement de zéro. Tout comme son nom l'indique il s'agit de gratter dans la surface de la peinture humide qui révèle soit le support, soit une couche sèche de couleur en dessous. Il existe un certain nombre d'outils différents qui peuvent être utilisés pour cette technique. Des outils comme des tournevis, spatules, couteaux ou l'extrémité pointue d'un pinceau seront choisis selon l'effet voulu. Attention au rapport outil, action, support. Angles aigus et coupants d'une spatule peuvent percer une toile lors d'une gestuelle un peu trop appuyée...

Utiliser une raclette en caoutchouc

Une simple raclette que vous pouvez acheter dans toute quincaillerie ou un magasin d'accessoirs auto peuvent créer des effets intéressants lorsqu'ils sont utilisés avec de la peinture acrylique.
Exemple: vous projettez quelques (grosses) gouttes de peinture directement sur un bord de votre support. Vous pouvez disposer des couleurs que vous souhaitez, transparentes, opaques, mates, brillantes... Puis, avec un seul mouvement fluide tel le Maître Zen Calligraphe, vous faites glisser la peinture à travers avec votre raclette. Le mélange de peinture opéré par le mouvement de la raclette peut tout à fait être unique et intéressant. Vous aurez aussi la possibliité de modifier votre raclette  (il faut tout essayer !) en retirant pourquoi pas le caoutchouc et expérimenter la même action (faire glisser la peinture) cette fois d'une façon plus rigide grace à ce  bord plat robuste.

Approche technique

 
Ce chapitre se consacre à vous signaler les quelques principales possibilités de techniques à utiliser sur le support qui est fourni (toile souple en pvc).
 
Il énumérera les caractéristiques propres à chaque technique proposée et développera leur potentiel.
 

Peinture « en épaisseur »

 
Nous voulons parler ici de la technique la plus courante, la plus souvent rencontrée. Celles qui utilisent la peinture quasiment dans leur consistance initiale à la sortie du tube ou du pot.
La grande vertu de cette technique réside dans le pouvoir opacifiant de la couleur que vous utiliserez, pure ou mélangée.
 
Attention, vous devez savoir qu’une couleur ne recouvre pas forcément une autre en un seul passage, sachez en profiter pour modeler vos couleurs directement sur la toile en laissant apparaître délibérément les couleurs que vous recouvrez. Faites jouer les couleurs de fond avec celles qui sont situées plus en surface.
Les outils que vous pouvez utiliser sont innombrables, la brosse et le pinceau étant les plus couramment utilisés.
 
Avec cette technique, c’est la maîtrise de la touche et du geste qui déterminera le caractère de l’œuvre. Nous l’appelons la facture ou l’écriture.
 
Vous pouvez par exemple peindre de manière gestuelle, en accusant les mouvements des bras qui balayent, avec la brosse chargée de couleur, de grands espaces en provoquant des éclaboussures. Vous pouvez, également, travailler par petites touches successives qui par exemple, seront toujours inclinées de la même manière ou encore, procéder par grands aplats...
Nous vous conseillons de prévoir une protection du sol et une salopette ou un tablier pour vos vêtements.
 
Toutefois, faites encore attention à ne pas marcher dans les éclaboussures de peintures qui risqueraient d’être exportées dans les locaux voisins au gré de vos pas.
 
Aussi, puisque la peinture, ça coule, nous vous recommandons, si vous n’avez pas l’habitude, de coucher votre toile pour l’étape de peinture après avoir préalablement placé votre composition à l’aide d’un léger tracé sur la toile cette fois placée verticalement face à vous.
 
 
Outillage:
 
Brosse, pinceaux, ou autre outil selon votre projet et vos préférences.
Chiffons pour vous nettoyer les mains.
Eau pour diluer sensiblement vos couleurs si vous le désirez.
Un évier à portée de main
Beaucoup de récipients avec couvercles pouvant contenir± 0,75 l et quelques assiettes en plastique pouvant vous servir de palette de peintre pour faire vos mélanges.
Une ou deux escabelles pour les artistes de petite taille.
Salopette ou tablier
Et enfin la peinture, autrement dit, les couleurs.
Nous vous recommandons la peinture acrylique de Levis.(acrylevis-satin)
Sans oublier votre large brosse et votre primer acrylique pour apprêter la toile PVC.
 
 
Où se fournir ?
 
Chez les marchands d’articles dits de Beaux-Arts, grandes surfaces de bricolage et marchands de peinture.
Pour les grandes quantités, préférer des fournisseurs pour professionnels
 

Principaux fournisseurs en région parisienne:
     
   

L'Eclat de Verre
www.eclatdeverre.com
10, rue André Chénier, 78000 Versailles
Tél. : 01 30 83 27 70
Fax : 01 39 49 09 76
Horaires:
Lundi : 9H30 - 13H00 / 14H15 - 18H30
Du mardi au vendredi : 9H30 - 18H30
Samedi : 9H30 - 19H00
 
   

Colorine
www.colorine.fr
36, rue de Conflans, 94220 Charenton
Tél. : 01 43 68 58 48
Fax : 01 43 68 04 08
Horaires:
Du lundi au Vendredi : 7H00 - 16H00
 

 

Marin Beaux-Arts
Fabrique de matériel pour artistes peintres depuis 1947
www.marinbeauxarts.com
70, avenue Gabriel Péri, 94115 Arcueil
Tél. : 01 47 40 04 20
Fax : 01 47 40 93 99
Horaires:
Du lundi au samedi : 9H00 - 18H00
 

 

Decor Plus
Fournitures pour décorateurs et peintres
www.decorplus.fr
1, place des Fêtes, 75019 Paris
Tél. : 01 42 49 22 26
Fax : 01 42 45 77 13
Horaires:
Du lundi au vendredi: 7H30 - 18H00
Le samedi: de 8H00 - 12H30 / 14H00 - 18H00
 

SIKKENS
Fournisseur de peintures de haute qualité

LAVERDURE
Vernis et colles
www.laverdure.fr
58, rue traversière, 75012 Paris
Tél. : 01 43 43 38 85
Horaires:
Du lundi au vendredi: 08H30 - 12H00 / 13H30 - 18H00
Le samedi: de 8H30 - 12H00
 
 
LE GÉANT DES BEAUX-ARTS
www.geant-beaux-arts.fr
 



Aérosol: bombe et aérographe


 

Canette Gracia. Hyperréalisme, traitement à l'aérographe.
 


ICI, quelques pages sur l'Hyperréalisme    

 

Cette technique, beaucoup plus propre et plus pratique que la plupart des autres, peut s’avérer plus coûteuse si vous pensez saturer toute votre toile de couleurs.
Ici vous n’aurez pas à toucher la toile avec l’outil, puisque la peinture est transférée sur la toile par projection, comme : la technique de l’aérographe.
 
L’Aérographe a été inventé en 1893 par l’Américain Charles L. Burdick, qui traversa l’Atlantique et qui fonda près de Londres la « Fountain Brush Company ». Il lança sur le marché la première série d’œuvres effectuées à l’Aérographe.
A cette époque, les œuvres à l’Aérographe étaient mal vues, non pas parce qu’elles manquaient de qualité artistique, mais parce qu’elles étaient réalisées à l’aide d’un outil mécanique.
L’Aérographe survécut des années dans le domaine de l’art commercial en tant qu’instrument utilisé pour retoucher des photographies, exécuter des affiches et illustrer des annonces publicitaires, ce qui le plaça définitivement hors du domaine des Beaux-Arts.
 
Au cours des années 60 est né le Pop Art, mouvement artistique inspiré des images de la publicité et de l’art commercial qui sans aucun préjugé a utilisé tous les moyens d’expression artistique : huile, acrylique, vernis et émaux, sérigraphie, Aérographe.

En 1972, une nouvelle forme d’expression artistique a acquis ses lettres de noblesse, elle s’est appelée Hyperréalisme, c’est-à-dire le réalisme porté à la plus grande puissance.



Mecanique. Acrylique sur toile. Frederic Gracia

 
Il va sans dire que l’Aérographe s’adaptait parfaitement à un style qui, tel l’Hyperréalisme, se caractérisait surtout par la netteté et la finition impeccable des images.
 
Cette nouvelle forme d’expression artistique a définitivement ouvert à l’Aérographe les portes des Beaux-Arts, portes infranchissables jusqu’aux années 80.
 
Pour l'histoire
 
Nous sommes loin aujourd'hui des méthodes rudimentaires d'aérographie qui consistait à envoyer des pigments colorés au moyen de roseaux ou d'os creux... La technique s'est peaufinée avec le temps et c'est en 1893 avec Charles Burdick (peintre aquarelliste) que tout commence vraiment. Cet artiste construisit le premier aérographe. Dans les années 1900, l'aérographie se limitait à la retouche de photographies. Dans les années 30, les premières oeuvres font leurs apparitions dans les illustrations, les affiches... des noms comme Bayer, Masseau. Dans les années 40, pendant la Seconde Guerre Mondiale, cette technique prend son essor mais à la fin de la guerre on l'utilise plus dans le cinéma (dessins animés et SF).Au milieu des années 60, cet instrument connaît de plus en plus d'intérêt par les artistes.
 
Technique
 
Cela sous-entend une maîtrise suffisante de l’usage de la bombe aérosol. Nous vous conseillons donc de passer au préalable et en guise d’exercice, quelques coups de bombe sur de vieilles feuilles que vous maintenez verticalement.
 
Observez les effets que vous obtenez lorsque vous éloignez ou approchez votre outil, lorsque vous le retournez, pas vers vous, bien entendu, mais avec le bec propulseur vers le bas.
Aussi, il faudra choisir de repasser sur une ligne plutôt que d’essayer d’avoir tout de suite l’intensité souhaitée, cela vous évitera des coulées qui se mettront à pleurer dès que vous aurez le dos tourné.
 
La qualité de votre ligne peut être choisie grâce à différents embouts qu’il est possible de trouver chez certains spécialistes.
 
Les pochoirs ou tout autre instrument de masquage vous permettent d’obtenir une "écriture" très caractéristique, il suffit de voir comment fut réalisée la célèbre peinture de la main des grottes de Lascaux. C’est une vraie main qui a servi de pochoir, qui a barré la route à la projection de pigments et qui s’est laissé imprimer en négatif sur la paroi rocheuse.
 
La pratique de la bombe s’est développée chez les jeunes ces dernières années. Ils ont créé leur propre style : le «Graffiti»
 
Néanmoins, avec cet outil, vous pouvez réaliser d’autres univers visuels que celui du graffiti, ne lésinez pas sur votre pouvoir de créateur.
 
Outils nécessaires :
 
Bombes aérosol et support uniquement.
Attention : Choisissez des sprays cellulosiques. Les sprays acryliques sont à proscrire (ils ne sèchent ni sur la toile, ni sur le primaire).
Papier, carton à découper et ciseaux ou autre encore, pour la fabrication de vos pochoirs.
Un peu de thinner pour enlever quelques taches.
Espace en extérieur ou local bien ventilé
Une ou deux escabelles pour les artistes de petite taille.
Sans oublier votre large brosse et votre primer acrylique pour apprêter la toile PVC.
 
Où se fournir ?
 
Dans les grandes surfaces de bricolage et les quelques marchands spécialisés de peinture pour carrosserie.
 

Peinture au lavis, aquarelle, glacis

 
Comme vous l’apprendrez sous la rubrique réservée aux couleurs, les couches de fonds interfèrent les couleurs et valeurs des couches qui les recouvrent dans la mesure où une couleur ne parvient quasi jamais à recouvrir de manière totalement opaque l’autre. On vous encourage à profiter de ce phénomène si vous choisissez de peindre, par exemple, avec une technique courante que nous avons intitulée ici plus haut, la technique de la "peinture en épaisseur".
 
Dans le cas de la peinture au lavis ou aquarelle, c’est justement ce phénomène d’interférence, d’interpénétration et de transparence des couleurs, qui, exploitée avec une certaine méthode, définit la technique du jeu.
 
Il vous suffit de fortement diluer chaque couleur que vous comptez utiliser avant leur application sur la toile ou encore, pour obtenir un meilleur rendu, utilisez des encres colorées.
 
Comparable à la tache de café que vous laissez sécher sur une toile cirée, votre couleur liquide laissera sa subtile teinte sur le support.
 
Évidemment, pour vous permettre de peindre sans avoir d’énormes coulées, vous devrez travailler avec votre support couché sur le sol.
 
Nous vous conseillons de ne pas travailler avec une peinture trop liquide, cela vous évitera d’attendre de nombreuses heures pour qu’elle sèche. Le résultat sera celui escompté, pourvu que votre couleur ait son taux de transparence.
 
En travaillant par couches successives et en laissant entre chacun de leur passage un temps de séchage suffisant, vous obtiendrez ce que l’on appelle des glacis.
 
Si vous choisissez malgré tout d’utiliser des couleurs plus liquides, malgré le désavantage de devoir attendre leur séchage, elles apportent un intérêt plastique supplémentaire. Le pigment en flottaison dans son liquide aura tendance à se déplacer par capillarité vers les bords de votre touche de pinceau, pour se déposer au gré du séchage et marquer une limite à votre touche, appelée le dépôt.
 
Attention, si vous ne prenez pas la peine d’attendre suffisamment longtemps entre chaque couche ou passage de couleurs, fort liquide ou pas, vous n’obtiendrez rien de mieux qu’une peinture ternie par le mélange successif de toutes vos couleurs, elles se mélangeront sans cesse sur la toile.
 
Outils nécessaires :
 
Pinceaux assez souples et de largeurs différentes.
Chiffons
Evier à portée de main
Récipients avec couvercles pouvant contenir± 0,75 l et quelques assiettes en plastique pouvant vous servir de palettes de peintre pour faire vos mélanges.
Salopette ou tablier
Espace au sol (sans humidité) qui peut rester encombré quelques jours par l’œuvre en train de sécher.
La peinture, autrement dit, les couleurs.
Nous vous recommandons la peinture acrylique de Levis ou des acryliques plus fines que vous trouverez en tube ou en pot.
Sans oublier votre large brosse et votre primer acrylique pour apprêter la toile PVC.
 
Où se fournir ?
 
Dans les mêmes magasins que pour la technique de peinture dite "en épaisseur". Mais vous devez prévoir moins de couleur et plus de diluant.
 

Pastel gras

 
Le pastel gras se prête bien à la réalisation de dessins pas trop grands. Par exemple : une fresque où chacun aurait son propre espace à remplir (le tout composant une grande image), ou une bande dessinée où les images (les cases) seraient de tailles assez moyennes.
 
Le pastel "commun" produit un trait dont la largeur excède rarement 1 cm, il est bien sûr possible de le tenir "sur la tranche", pour obtenir un trait plus épais, mais cette méthode "consomme" beaucoup de pastels. La solution la plus souvent utilisée consiste à repasser plusieurs fois sur le trait en veillant à l’élargir plus ou moins par endroits.
 
Remplir une surface de maximum 8 m2 avec du pastel n’est quasi pas envisageable, sauf si vous possédez un budget important et que vous avez le tempérament d’un ascète. Nous vous conseillons donc de jouer avec les blancs de la toile, en laissant de grandes zones vierges ou en ne couvrant que très modérément des parties telles que les fonds et autres grandes surfaces, ou encore en utilisant une autre technique pour traiter ces grands espaces.
 
Les mélanges de couleurs sont faciles à réaliser et s’obtiendront directement sur la toile, en repassant une couleur sur une autre ou en mélangeant les couleurs à l’aide d’un chiffon, ou de votre doigt (ou votre main...), humidifié ou non, ce qui créera des effets de dégradés et de transparence.
 
Si vous envisagez d’utiliser les pastels gras, il serait peut-être bon de vous renseigner quant aux prix et possibilités d’achat "en gros" des pastels : ceux-ci sont, en général, vendus dans des boîtes "pour artistes" comptant une multitude de couleurs différentes (faciles à obtenir par mélanges...) qui coûtent souvent très cher. Par contre, il est tout à fait possible, dans certains magasins spécialisés, d’acheter les pastels "à la pièce", par couleurs, ou par tailles...
 
Bien que votre consommation en pastels risque d’être importante, cette technique est proche de l’utilisation des crayons de couleurs, donc facile à appréhender par tous, (très intuitive) et peu salissante...
 
Il ne faudra pas oublier de vernir la toile, principalement pour protéger et fixer la couche de pastel. Pour cette étape, nous vous conseillons de coucher la toile au sol et d’éviter de repasser plusieurs fois sur votre dessin pendant l’application du produit ; le pastel peut avoir tendance à se dissoudre dans le vernis.
 
Outils nécessaires :
 
Des pastels gras
Des chiffons
Des pinceaux brosses (très larges) pour vernir votre toile
Quelques pots pour l’eau dans laquelle vous nettoierez vos pinceaux
De l’eau
Une ou deux escabelles pour les artistes de petite taille.
Sans oublier votre large brosse et votre primer acrylique pour apprêter la toile PVC.
Et pour fixer le pastel (étape obligatoire), employez un vernis polyuréthane pour extérieur, incolore.
 
Où se fournir ?
 
Pour les pastels gras : dans les grandes surfaces qui possèdent un rayon "matériel scolaire" (pastels de qualité moyenne), les papeteries, les magasins de fournitures artistiques...
Pour les pinceaux et le vernis : toute grande surface de bricolage et les marchands de couleurs.
 

Collage

 
Méthode : L’approche la plus simple consiste à composer votre image de manière globale à la verticale, en maintenant les différents éléments au moyen de papier collant ou d’épingles, et d’ensuite coucher la toile pour coller tous les morceaux (voir à ce propos la section "Support couché/support debout"), et affiner votre collage.
 
Des résultats heureux peuvent êtres obtenus par la conjugaison de peinture et de collage (la peinture pouvant même quelquefois servir à coller des matériaux, ainsi que le vernis polyuréthane de protection pour l’extérieur).
 
Matériaux :
 
La colle est importante ; elle doit sécher rapidement, ne pas détériorer la toile,... Nous vous conseillons une colle à l'eau vendue en pot, qui existe dans plusieurs marques, et dans plusieurs qualités. Pour citer un exemple : la colle Ovalit M vendue dans les surfaces Brico.
 
L’épaisseur de votre œuvre ne doit pas contraindre son enroulement.
 
La nature de vos matériaux doit simplement s’accommoder de la colle que vous utiliserez, la qualité de celle-ci est la seule limite quant au choix de ces matériaux.
 
Ci-après une liste de matériaux pouvan tvous inspirer : papiers peints, papiers d’emballage, papier journal, tissus, dessins, plastiques divers, papiers transparents (calques,...), photographies, emballages divers, affiches et images, feuilles de couleurs ; matières végétales, feuilles, paille, herbes, roseaux, fleurs ; cordes, fils, lacets, câbles, filets, autocollants, etc...
Attention : Puisque votre œuvre sera exposée plusieurs jours à l’extérieur, il faudra prévoir de vernir toutes les parties risquant de se gâter par un mauvais temps. Utilisez un vernis polyuréthane (transparent) pour extérieur.
 
Où se fournir ?
 
Colles : dans toutes les grandes surfaces de bricolage et chez les quincailliers
Matériaux : nous vous conseillons d’utiliser des matériaux de récupération, en proscrivant toutefois les matières périssables, pouvant engendrer des moisissures (végétaux encore verts,...).
 

Approche plastique

 

Lignes et surfaces

 
Vous pouvez créer votre image par une composition faite uniquement de lignes.
 
Ces lignes droites, courbes, en lacet, en pointillé, courtes ou longues, tremblantes, variantes dans l’épaisseur, floues ou nettes,... structureront votre toile.
 
Les espaces que vous obtenez entre ou derrière ces lignes deviennent alors des surfaces qui peuvent rester vierges ou être travaillées, soit en aplat d’une couleur, soit en taches de couleurs variant légèrement de couleur ou de tonalité, soit en dégradé...
 
Vous pouvez aussi, à l’inverse, directement peindre et structurer toute votre image par des étendues de couleurs, par des surfaces.
 
Ces étendues peuvent alors êtres travaillées de manière à rendre un effet que vous recherchez pour la représentation de votre sujet.
 
Par exemple : une surface peut être travaillée de manière gestuelle par de larges mouvements d’éponge ou de manière plus nerveuse par des quantités de petites touches successives de couleurs ou restée très calme en s’étendant par de très légers nuages de couleurs.
 
La ligne existe aussi, là ou vous arrêtez votre surface. Si vous juxtaposez deux étendues de couleur différentes, la limite d’une étendue devient la limite de l’autre et constitue alors aussi une ligne.
 
Toutefois la nuance qui réside entre une définition de la ligne et celle de la surface semble parfois étroite et équivoque. En effet, plus une ligne s’épaissit plus elle aura tendance à devenir une surface à laquelle on sera tenté de donner une texture, une matière. Par contre une surface en passant par l’état d’une bande peut à son tour devenir, petit à petit, une ligne.
 
On parlera en général de dessin pour exprimer une image faite à l’aide de ligne. Vous pouvez, par exemple, choisir d’obtenir l’image d’un champ de tournesol uniquement à l’aide de lignes et de traits.
 
Tandis que pour exprimer une image obtenue par des étendues de couleurs, on parlera en général d’une peinture.




NYC . 2013 .  Peinture acrylique et fluo sur bois. Eclairage lumière noire.   Frederic Gracia



Couleurs

 
Si vous décidez de vous lancer dans une grande composition qui suppose l’utilisation de toutes les couleurs perceptibles à l’œil, nous vous conseillons, si vous ne les connaissez pas, de vous baigner dans les rudiments de la théorie des couleurs, ils vous seront indispensables et vous éviteront de consacrer un budget énorme à l’achat de trente-six mille pots ou tubes de couleurs différentes.
 

Les couleurs primaire et secondaires :

 
En somme, il s’agit de savoir comment obtenir toutes vos couleurs avec seulement 3 couleurs de base + le noir et le blanc.
Ces 3 couleurs sont appelées couleurs primaires et sont :

le ROUGE MAGENTA, le CYAN et le JAUNE "CITRON"
 
Chaque mélange de deux d’entre elles produit ce que l’on appelle une couleur secondaire :

                                          ROUGE+ BLEU = VIOLET
                                          ROUGE + JAUNE = ORANGE
                                          BLEU + JAUNE = VERT
 
Avec cette base de mélanges et en utilisant aussi le noir et le blanc, vous pouvez obtenir toutes les autres couleurs.
 
Par exemple :

OCRE = ± 92 % de jaune + 6 % de rouge + 2 % de noir pour l’éclaircir, ajoutez du blanc
BRUN = ± 65 % de jaune + 29 % de rouge + 9 % de noir
BORDEAUX = ± 94 % de rouge + 6 % de noir
ROSE = ± 6 % de rouge + 94 % de blanc
BLEU OUTREMER = ± 80 % de bleu cyan + 12 % de rouge + 8 % de noir
VERT (végétation) = 85 % de jaune citron + 15 % noir (ça c'est étonnant mais essayez, ça marche!)

Les couleurs rompues ou assourdies :

 
Ne perdez surtout pas de vue que les couleurs telles qu’elles sortent du tube, bien que souvent attrayantes, sont très rarement celles que vous rencontrez si vous regardez la nature autour de vous. Le plus souvent, il s’agit de couleurs rompues ou assourdies, c’est-à-dire une couleur avec un peu de blanc et un peu de noir par exemple. Pour mieux comprendre cette notion, essayez de voir les couleurs autour de vous comme des couleurs grises qui sont de plus en plus colorées plutôt que comme des couleurs vives qui sont atténuées.
 
Ceci dit, rien ne vous empêche de produire une image très vive et éclatante sans vous soucier d’une analogie à la nature.
 
Une formule simple pour donner une harmonie colorée à votre image consiste à choisir une couleur ambiante, voire dominante. Cette couleur choisie, sera celle que l’on retrouvera, à dosages différents, dans tous ou quasi tous les mélanges que vous appliquerez sur la toile.
 
Par exemple, si vous peignez un flamant rose dans une flore très verdoyante, n’hésitez pas à introduire un peu de vert dans le rose prévu pour le corps de votre échassier, celui-ci sera mieux intégré à son environnement.
 

Les couleurs chaudes et froides :

 
Il existe aussi dans la théorie des couleurs la notion des couleurs chaudes et des couleurs froides. Chacun des deux groupes appartenant à une moitié de l’arc-en-ciel.
 
Les couleurs froides sont celles qui vont du bleu au vert.
 
Les couleurs chaudes sont celles qui vont du jaune au rouge.
 
Il est important de connaître cette distinction car elle vous permettra de gérer la profondeur dans l’image, sachant que les couleurs froides ont tendance à reculer et les chaudes à avancer. Par exemple, si vous mettez un aplat vert à côté d’un rouge, c’est l’aplat vert qui vous semblera derrière le rouge.
 
Ces effets de profondeur obtenus par l’usage des couleurs froides et chaudes peuvent être appuyés par l’usage du blanc ou du noir dans vos mélanges, qui éclairciront ou fonceront votre couleur.
Plus la couleur est foncée, plus elle recule, plus elle s’enfonce, et inversement, plus elle est claire, plus elle arrive vers vous et semble se placer en avant de l’image.
 
Aussi, il vous est loisible d’exécuter votre œuvre en une couleur, ou d’en choisir deux ou trois et ainsi, de travailler votre image par une présence plus importante des valeurs de claire (vers le blanc) et de foncer (vers le noir) de ces couleurs.

 

 
Regard . Frédéric Gracia . couleurs fluo. Les tons fluo donnent ici un effet volontairement saturé...


Couleur de fond :

 
La couleur que vous rencontrerez en premier lieu et avec laquelle vous devrez traiter sera celle de votre toile en pvc, en l’occurrence le blanc. C’est ce que l’on entend, quand on parle de la couleur de fond. La couleur de fond se révèlera présente chaque fois que vous viendrez avec une nouvelle couleur sur une surface. Cette surface, déjà investie par une étendue de peinture ou non, n’est jamais vierge.
 
En effet, si vous étalez une couche de peinture d’une autre couleur que celle de la surface que vous recouvrez, il est très rare de ne pas voir la couleur du dessous transparaître.
 
Disons que quasi aucune peinture n’a un pouvoir d’opacité suffisant pour parvenir à cacher celle qu’elle compte recouvrir. Dans le cas d’une œuvre, c’est tant mieux car vous avez grâce à cela, un moyen supplémentaire pour travailler vos couleurs. Vous pouvez les façonner directement sur la toile et ainsi contrôler leur transparence en les rendant plus ou moins liquides ou en l’appliquant de manière différente.
 

Clair-obscur

 
Le plus souvent presque monochrome ou de tons très rompus, le clair- obscur désigne une image où le sujet est rendu présent en observant l’ombre et la lumière.
 
Il n’est pas négligeable, pour la qualité d’une image, de se rendre compte que le fait de voir les choses autour de nous sous-entend la présence de la lumière. Partant de sa source, la lumière arrive sur un objet et éclaire la partie face à celle-ci pour laisser les parties non éclairées dans l’ombre.
 
Autant les parties éclairées que celles non éclairées sont nécessaires pour révéler la présence de l’objet.
 
Tout objet est un corps qui résiste variablement aux rayons lumineux. Plus il résiste, plus il empêche la lumière de le traverser et plus il dessinera son ombre sur le sol.
 
Nous l’appelons l’ombre portée.
 
Répétitions de motifs
 
À travers toutes les cultures et civilisations, on peut admirer des images composées par la répétition de motifs, que cela soit des motifs abstraits, que ce soit des signes, ou que ce soit des figurines.
 
À vocation décorative, cette composition affirmera plus votre toile comme une grande page de lecture et l’espace que vous proposerez au public sera plutôt frontal, sans ce souci de la perspective propre à un paysage par exemple, pour laisser place à un souci de la narration.
 
Vos sources d’inspiration peuvent être par exemple dans les peintures sur céramiques chinoises, les batiks sur djellaba d’une tribu d’Afrique du nord, les hiéroglyphes, nos papiers peints, les peintures sur tipis des Indiens des plaines...
 




Synthèse ou abstraction de la forme
 
Dans certains cas, le recours à des formes simplifiées peut s’avérer plus adapté.





Fresque acrylique extérieure réalisée pour la Maison de quartier (Pôle culturel) à Evreux (27000). Conception maquette: Isabelle Coste Architecte. Réalisation Frederic Gracia. décembre 2013. (work in progress...)


 
Si vous choisissez de vous exprimer par la figuration de plusieurs objets et personnages et que vous choisissez la technique du papier collé par exemple, vous serez contraint de simplifier vos formes. Dans ce cas, nous vous conseillons de faire quelques petits dessins au préalable pour étudier la forme la plus synthétique des sujets que vous voulez représenter. Cela vous permettra de ne pas être dépassé par trop de formes fort complexes à découper.
 
Certaines œuvres de Matisse sont de bons exemples pour démontrer l’intérêt plastique qu’apporte le travail de synthèse d’un personnage.
 
En vous évertuant à simplifier vos sujets, vous parviendrez mieux à comprendre l’espace qu’ils produiront sur la toile et vous maîtriserez ainsi plus facilement la composition.
 
Composition spatiale
 
Même, si vous ne le faites pas exprès, il se peut que vous structuriez votre image en empruntant un schéma de composition connu, classique ou non.
 
La composition permet de faire tenir votre image adroitement dans l’espace de la toile. Il s’agira de votre charpente, de la structure indispensable à toute construction.
 
Le choix d’une composition dans certaines peintures ou dans certains courants artistiques représente parfois un élément très caractéristique et peut devenir très signifiant pour faire passer le message d’une image.
 
Malheureusement il n’est pas possible de vous faire part de tous les types de composition existants.
 
En règle générale, la structure d’une image, s’ébauche à l’aide de grandes lignes, axes principaux, qui divisent l’espace de manière géométrique.
 
Une bonne démarche à acquérir consiste à considérer les surfaces sombres et les surfaces claires dans votre image comme étant aussi des éléments de structure.
 
Pour bien se rendre compte du champ d’action de ces dernières dans l’espace de la toile, il est bon de regarder votre image en essayant d’oublier votre figuration, comme s’il ne s’agissait que de formes abstraites.
 
Pour vous y aider, observez votre image en fronçant les yeux, regardez-la dans un miroir ou faites le poirier !!
 
Outils
 
Qui dit outil, dit tout moyen pour transférer le médium - peinture, encre, etc - sur votre substrat - en l’occurrence, la toile de pvc.
 
Les plus connus et les plus souvent utilisés sont les brosses et les pinceaux, mais il est très important de vous rendre compte qu’ils ne sont pas les seuls instruments possibles, loin de là.
 
Les doigts et les mains, les plus primitifs des outils, restent une des solutions possibles. On pourrait aussi imaginer l’utilisation des pieds avec ou sans chaussures. D’ailleurs, pourquoi ne pas, appliquer la peinture avec des gants de ménagère ou des gants jetables en latex ?
 
Choisir d’autres moyens que le pinceau, peut s’avérer parfois plus intéressant pour vous aider à réaliser et obtenir un style propre à ce que décidez d’exprimer.
 
L’outil peut aussi devenir un accessoire tel que tout instrument de masquage, pochoirs découpés dans du carton, ruban adhésif...
 
Pour en revenir au pinceau, nous admettons évidemment qu’il demeure l’un des outils le plus souple et le mieux étudié pour maîtriser le rendu de votre image en général. Choisissez-les de tailles différentes et n’hésitez pas à passer de l’un à l’autre, c’est une discipline à acquérir, garante d’un résultat plus heureux que si vous gardez toujours le même pinceau.
 
Liste des outils possibles : éponge, chiffon, raclette, empreinte de tout objet, pinceau, brosse, bombe aérosol, façonnage de cachet dans une pomme de terre, pastel gras, marqueur à l’alcool, découpe de pochoir, masquage au masking tape...


Peinture fluo et lumière noire
 



Cepheus. 2013 . Fresque panoramique . Dimensions : 480 cm X 210 cm . Acrylique et fluo sur toile. Eclairage lumière noire.  Frederic Gracia


 
 

Approche stylistique

 

Textes et lettres

 
Ce qui suit s’applique plus spécifiquement à la réalisation et à la reproduction de textes et lettrages intégrés à votre travail, qu’il s’agisse d’une histoire inventée par l’un d’entre vous, d’un travail collectif, de poèmes ou de textes de réflexion, de légendes d’images, de textes narratifs, du contenu d’un phylactère, de phrases courtes et accrocheuses, de slogans, etc. Évidemment, certains conseils sont tout à fait applicables à d’autres formes d’expressions (voir ci-après), libre à vous de laisser galoper votre créativité !
 
Choix des lettres :
 
Dessinez de préférence vos lettres en "imprimé"(en majuscules), plutôt qu’en écriture "manuscrite", cela donnera plus d’impact à vos textes. Il serait peut-être bon de partir de modèles de lettres.
 
Pour rendre votre texte percutant, rien de tel que de modifier la taille, la couleur, la forme ou le dessin de certaines lettres, certains mots, de les placer dans un cadre coloré, de les remplacer par un petit dessin sympa, de les décorer, de faire des lettrines, d’ajouter des symboles...
 
Choix de la présentation :
 
Veillez à définir l’espace que va occuper votre texte ; tracez des lignes horizontales (au pastel sec, ou à la craie) sur lesquelles viendront se reposer les lettres ; si nécessaire, tracez éventuellement une ligne correspondant au haut des lettres (afin de conserver tout au long de vos phrases la même hauteur de caractère). Attention : Il est conseillé de tracer au préalable tout le texte à la craie (ou au pastel sec, ou au fusain), pour se rendre compte de l’espace occupé par chaque mot. En effet, il arrive souvent qu’ayant prévu, par exemple, d’écrire une certaine phrase sur une seule ligne, on se retrouve coincé au bout de cette ligne avec trop de lettres à écrire pour l’emplacement restant, parce qu’on a été trop généreux en espace dans les premiers mots de cette phrase.
 
En bref, un traçage préalable des mots permet de bien équilibrer le texte, et évite aussi les retouches dues aux fautes ou aux oublis.
Dans le cas de longues phrases, l’idéal est de les placer en colonnes, en blocs dont la largeur sera calculée afin d’éviter aux lecteurs d’avoir à se déplacer le long de la toile pour lire une seule phrase.
 
Songer à la taille de la toile : les textes situés tout en haut ou tout en bas ne seront pas aussi faciles à lire que les autres, il faut donc les mettre en évidence d’une façon quelconque...
 
Pour simplifier le travail, vous pourriez écrire vos textes sur une feuille de dessin ou sur un transparent et les projeter sur la toile à l’aide d’un rétroprojecteur (pour les transparents) ou d’un épiscope (pour les feuilles non-transparentes).
 
Cette méthode facilite la création du dessin et sa reproduction sur la toile, ainsi que la composition générale de la toile.
 
Techniques conseillées :
 
Toutes les techniques développées dans la section "Approche technique", en début de fascicule, sont utilisables...Il s’agit ici plutôt d’une question de soin et de patience.
 
Outils conseillés :
 
Pour la peinture : éviter les pinceaux trop larges qui gâcheront la lisibilité de vos lettres, favoriser les petits pinceaux, ronds ou plats, en fonction du type de lettres que vous voulez obtenir.
La bombe aérosol est facile d’emploi, mais limite en général les possibilités d’invention de lettres, à moins de peindre en très grand, d’utiliser des pochoirs et des masques, ou de peindre façon "graffiti" (voir cette rubrique).
 
Le pastel gras est plus fastidieux, mais permet la réalisation de petits textes ; la toile (en PVC) devra ensuite être vernie, pour protéger le pastel (voir la section "pastel gras" dans l’approche technique).
Bandes Dessinées
Deux approches différentes peuvent être faites :
Reproduire :
Vous avez choisi de reproduire certaines cases ou partie de cases d’un album, et de remplacer le texte des phylactères par un message de votre cru.
 
Deux méthodes se proposent à vous :
 

La reproduction par grille & La projection par rétroprojecteur

 
Dans les deux cas, une photocopie des images (agrandie si possible) sera nécessaire ; soit sur papier ordinaire (épiscope), soit sur transparent (rétroprojecteur). Une copie en noir & blanc est certainement suffisante.
 
À l’aide de l’appareil de projection, situez l’image correctement sur la toile, ensuite repassez les traits noirs au crayon le plus fidèlement possible, en essayant de respecter si possible les pleins et les déliés de chaque trait noir (c’est-à-dire les variations de l’épaisseur des traits).
 
Si vous utilisez la méthode de la grille, reproduisez le dessin sur la toile, avec le même soin pour le dessin des traits noirs.
 
Ensuite, procédez à la mise en couleurs (le noir des traits sera mis tout à la fin), en commençant par les couleurs claires, puis les couleurs sombres, veillez à laisser visibles les traits dessinés au crayon. Peignez le noir des traits en dernier lieu, en respectant les pleins et déliés, ainsi que leur épaisseur en proportion de la taille du dessin.
Pour le traçage du texte dans le phylactère, reportez-vous à la section "Textes et lettres".
 
Raconter :
 
Personnages et décor : pour raconter une histoire, vous pouvez soit reprendre des héros existants, soit en créer vous-même. De prime abord, il semble plus facile de recopier simplement des personnages connus de tous en les insérant dans une nouvelle histoire, il n’en est rien. Pour obtenir l’effet désiré (c’est-à-dire des personnages reconnaissables), il faut bien sûr parvenir à reproduire avec le plus d’exactitude ces personnages, mais peut-être aussi les redessiner dans des attitudes inventées par vous, ce qui est plus difficile ; et, pour être parfait, les intégrer dans un univers semblable à celui qu’on leur connaît, c’est-à-dire celui de la bande dessinée dont ils sont issus.
 
Il nous paraît plus simple de créer un univers propre, agrémenté de ses héros propres. Il faudra alors veiller à ce que les personnages soient reconnaissables de case en case, en leur attribuant des particularités (exemple : des lunettes pour Vincent, un pull rouge pour François). Songez que l’ensemble des dessins sert essentiellement à raconter votre histoire, ne surchargez pas le décor, rendez l’action visible. La représentation d’objets ou d’endroits connus de tous (un tram, l’Atomium, la Grand-Place, etc.) facilite la lecture et la compréhension, en offrant des repères au lecteur.
 
L’histoire : Raconter une histoire suppose raconter un début, un milieu et une fin. Pour bien la raconter, vous devez connaître tout cela à l’avance, et pour connaître cela à l’avance, vous devez d’abord faire un scénario.
 
L’idéal est de réaliser à l’échelle un schéma de la toile, et représenter dessus l’emplacement des différentes cases, ou des différentes histoires. Va-t-on faire trois grandes cases sur toutes la toile, ou plutôt deux planches complètes juxtaposées ? Quand vous aurez décidé de cela, procédez au découpage de votre histoire ; c’est-à-dire, choisissez le contenu de chaque case, en tenant compte du rythme de l’histoire.
 
Pensez à une "chute", une conclusion, un petit gag en fin d’histoire, qui plaira à vos lecteurs.
Faites des phylactères de formes très simples (rond, ovale, rectangle ou carré), placez-les de préférence dans la partie supérieure des cases, le plus près possible des personnages qui les font. Faites vos "queues de phylactères" (partie du phylactère "sortant" du personnage) assez courtes et droites, évitez les formes molles. Pour la réalisation des textes, reportez-vous à la section "Textes et lettres".
 
Techniques conseillées :
 

Pour se rapprocher au maximum du style "BD", il est préférable d’utiliser de la peinture, qui permet d’obtenir de beaux aplats de couleurs ; de plus, la finition des traits noirs en sera rendue plus aisée. Par contre, si vous inventez complètement votre bande dessinée, il est a priori concevable d’utiliser n’importe quelle technique...
 
Outils conseillés :
 

Pour la peinture : pinceaux larges et plats pour les grandes surfaces de couleurs, pinceaux fins et ronds pour les bords et les traits noirs.



Les Graffitis ou Graff

 
Préparation :

 
Le graffiti n’implique pas seulement l’utilisation d’un outil particulier, mais aussi de certains "trucs" stylistiques, qui donnent cette allure qui "fait vrai". Il faut bien être conscient de cela, avant de se lancer dans cette voie, au risque de s’exposer à quelques déceptions. Le choix des éléments représentés et la façon de les représenter, importe donc. Nous ne saurions que trop vous conseiller d’observer de vrais graffitis.
 
Dans tous les cas, vous ne devrez pas perdre de vue que les ébauches que vous réaliserez au crayon (ou au marqueur) sur une feuille seront reproduites à la bombe sur une toile, et que certains dessins sont très faciles à faire au crayon mais très complexes à réaliser avec une bombe. Éviter dès lors les sujets précis et minutieux, favoriser les choses aisément reconnaissables, n’hésitez pas à y mêler du texte (pratique très courante). Dites vous que la force d’un graffiti réside plutôt dans l’utilisation des couleurs, leur harmonisation et leurs contrastes, l’habileté à se servir d’une bombe aérosol, que dans un beau dessin précis.
 
En ce qui concerne la "mise en page" de votre toile, n’hésitez pas à laisser de grandes surfaces vierges et à condenser vos graffitis sur quelques zones ; après tout, les "graffiteurs" ne peignent que rarement l’entièreté d’un mur...
 
Évitez les grandes zones de couleurs uniformes, cela consomme énormément de peinture, prévoyez plutôt de les faire au pinceau.
 

Réalisation :
 
Il est fortement conseillé de peindre à l’extérieur ou dans un local bien ventilé, car les gaz propulseurs sont incommodants. Il est également conseillé de choisir des sprays ne contenant pas de CFC.
 
L’utilisation de pochoirs ou de masques permet d’étendre la gamme des effets obtenus avec une bombe : vous pourrez insérer des formes beaucoup plus nettes, accentuer certaines lignes, effectuer des contours précis... Profitez aussi des effets qu’autorise le spray, tels que dégradés, floues, transparences, etc.
 
Les graffitis font un usage abondant de surlignage (un trait blanc, noir ou coloré marque le périmètre d’un personnage, d’un groupe, voire d’une scène), de halo (un contour clair assez léger entoure un personnage), de brillance et de reflets (obtenus en contrastant des ombres et des lumières)...
 
La rétro projection peut aussi être utilisée, mais les différences entre un croquis sur papier et la peinture sur la toile sont plus importantes qu’avec d’autres techniques.
 
Techniques conseillées :
 
Peinture à l’aérosol (+ instruments de masquages), pastels, et éventuellement peinture au pinceau pour les grandes surfaces.
 

 

 Organisation d'une performance graffiti / street art




Comment organiser une performance live graffiti ?

La réalisation d’une fresque graffiti en directe est une animation de plus en plus demandée pour moderniser un événement ou sensibiliser le public (petits et grands ) à un sujet, une cause ou tout simplement à l’art en général. Vous trouverez ici toutes les réponses aux questions que vous êtes susceptibles de vous poser dans le cas où vous projetez d’organiser un projet de ce type. 

REMARQUE : Concernant les fournisseurs de matériel, les prix annoncés sont juste un élément de repère, 
il vous est tout à fait possible de trouver des commerçants pratiquant des prix plus compétitifs !

 

Quel support utiliser pour une performance -démonstration de graffiti ?

C’est un aspect très important qu’il vous faudra particulièrement soigner pour garantir le succès et l’efficacité de votre projet.  L’un des grands avantages du graffiti / street art est de pouvoir s’adapter à un grand nombre de supports ; la seule réelle limite est votre imagination ! Bien sûr, l’aspect budgétaire est un facteur déterminant mais croyez-moi, mieux vaut investir dans un support de qualité (voire hors du commun), quitte à l’utiliser chaque année, plutôt que d’acheter des bâches de mauvaise qualité qui se déchireront au moindre coup de vent ! Voici quelques exemples de supports possibles pour votre performance graffiti :

 

Performance graffiti - street art. Support bâche PVC

Performance graffiti – street art. Support bâche PVC

 


La bâche tendue

C’est souvent la première idée qui vient en tête aux personnes souhaitant organiser un tel événement pour la première fois. Il existe un grand nombre de bâches sur le marché pouvant faire l’affaire. Optez plutôt pour une bâche épaisse blanche. Après, la qualité dépendra de l’utilisation que vous souhaitez en faire et du temps de conservation. Attention: Le plus compliqué lorsque l’on choisit ce type de support est de trouver une structure sur laquelle tendre la bâche. Sachez qu’il faudra probablement prévoir de perforer votre bâche et d’y mettre des anneaux pour pouvoir la tendre correctement.
Vérifiez s’il n’existe pas des structures sur le lieu de votre événement permettant de tendre la bâche, sinon il existe des structures métalliques en location, mais il faudra prévoir un budget supplémentaire.

Prix moyen d'une bâche blanche en PVC de 2 mètres par 3 :  130 € (lien du site d’un commerçant)
Prix moyen ficelle : 3,25 € (lien commerçant )
Prix moyen de la location d’une structure métallique : 150€ (demander un devis - lien du site d’un commerçant)



Le mur

 

 

Pot d'acrylique blache

Pot d’acrylique blanche

C’est tout bête mais on y pense pas assez ! Déjà question finances, cette option est très avantageuse car elle est gratuite Sauf s’il faut prévoir un ou plusieurs pots de peinture blanche pour repasser après si nécessaire. D’ailleurs, dans l’idéal, il est beaucoup plus intéressant de  réaliser une belle fresque bien réalisée et pertinente qui restera quelques mois voire années que de la détruire le lendemain. Elle est une publicité forte et originale de l’événement qui a eu lieu. D’autant qu’avec une belle maquette et un bon concept, il n’est pas si difficile d’obtenir certaines autorisations…

Penser juste à nettoyer et préparer le mur avant la performance.

Prix moyen d’un pot de peinture acrylique blanche 20kg :  70 € 








La toile

 

 

Performance live street art : chassis entoilé

Performance live street art : chassis entoilé

 

La demande de réaliser des performances graffiti sur une ou plusieurs toiles est de plus en plus fréquente. Cette solution permet à l’organisateur de garder « un souvenir » de l’événement pour décorer ses locaux ou même de le mettre en vente lorsqu’il s’agit d’une grande cause. Il faut savoir que le fait de réaliser une fresque sur un « petit » support n’est pas la chose la plus confortable pour un graffeur (surtout quand il a un temps limité) lorsqu’il travaille à la bombe. Il faudra penser à prendre des marqueurs fins pour les détails, mais le rendu ne sera pas le même. Une solution originale consiste à placer plusieurs toiles les unes à côté des autres pour réaliser par exemple un triptyque.

Prix moyen d’un chassis entoilé (lin) de 150cm par 150cm : 80 € (lien site commerçant – brochure prix)
Prix moyen d’un chevalet : 52€  (
lien site commerçant)





Quelle taille de bâche ou de support choisir ?

cela dépend beaucoup de la place disponible sur le site, du nombre d’artistes qui interviennent et du temps disponible pour la prestation live. La taille moyenne qui revient souvent tourne autour d’une surface de 6 mètres de largeur par 2 mètres de hauteur, pour une durée moyenne de 4 heures de peinture. Bien évidemment, tout cela dépend énormément de chaque artiste, du type de peinture réalisée et des circonstances.








 

Supports originaux

Nous venons de voir le basique en terme de support pour graffiti. Mais il est possible d’aller plus loin…beaucoup plus loin : La preuve avec ces quelques exemples :



 

 


exemples de supports originaux pour performance graffiti

exemples de supports originaux pour performance graffiti

Hotel Karelia à St Petersbourg transformé en Valises géantes (credit photo Frederic Gracia)

 

exemples de supports originaux pour performance graffiti

exemples de supports originaux pour performance street art






 

 


 

 










































































































































Dans quel espace faire ce type de performance ?

Dans la grande majorité des cas, il est déconseillé (voire interdit) d’utiliser des bombes de peinture en intérieur, en raison de la présence de produits toxiques qui y sont contenus. Préférez donc un espace en extérieur, bien ventilé. Il est important de prévoir un minimum de recul devant la fresque (minimum 3/4m) pour que les artistes puissent reculer par moments et pouvoir observer la fresque dans sont ensemble.
Si le public afflue, prévoir des barrières de sécurité, en particulier autour de l’espace où sont disposée les bombes, pour préserver de la tentation les petits chenapans !

Intérieur: il existe des bombes de peinture dites « écolos » qui peuvent être utilisées en intérieur. Mais veillez à ne pas trop les utiliser (couvrir de grandes surfaces) si votre espace est peu ventilé car les odeurs peuvent être encore importantes.
 
Prix Moyen d’une bombe « aqua Ecolo » : 6 € (lien du commerçant)
 

 

Combien de temps dure une performance graffiti ?

Tout dépend de l’artiste (ou des artistes) et de ce qui est peint. Il est évident qu’une grande fresque avec du décors de 10 mètres de large par 7 mètres de haut ne prendra pas le même temps qu’une fresque minimaliste en 2 couleurs de 2 mètres par 2m. Mais disons qu’en moyenne, une fresque graffiti de base dure une demi -journée voire une journée.
 

 

 Où acheter les bombes de peinture pour faire des graffitis ?

A ce jour, il existe une multitude de marques avec chacune ses spécificités. Après, c’est une affaire de goût. Les principales étant :
 
 

Montana 94 MTN - 400ml – 3,75€ ttc 

Bombe de peinture synthétique ultra-couvrante quelle que soit la couleur, finition mate, séchage ultra-rapide qui empêche la peinture de couler, valve hi-tech dite ‘all pressure’ permettant de contrôler votre débit avec aisance selon la pression exercée, skinny cap ’94′ optimisé, et une gamme professionnelle de 163 couleurs…

ALL CITY PARIS
8 rue Pasteur, 75011
Métro St Ambroise (ligne 9)
ouvert du mardi au samedi 10h-18h Tel : 01 30 90 33 92
 
 

Belton Molotow Premium 400 ml – 3,59 à 3,90€ ttc

Une des références quasi irréprochables en matière de bombes de peintures spécialisées pour le graffiti : plus de 231 coloris.
nitro-combiné, puissantes couleurs de finition mat, une couverture élevée sur toute surface, parfaite manipulation, séchage rapide, couvre tout, grande pigmentation, pression moyenne, faible bruit, formule anti-goutte, pas de reflet de lumière quand on prend des photos car couleurs mats, tous les caps montent dessus.187 couleurs.

POLYMEX INTERNATIONAL

45, Rue de la Chapelle 75018 Paristél. : 01 42 49 34 64 ou 06 14 21 43 08
fax : 01 42 49 34 66
email : polymex2@wanadoo.fr     
Ouverture : 10h – 19h
(fermé dimanches et jours fériés) 
(Lien du commerçant)

 

Quelles précautions particulières dois-je prendre ?

- Il est fondamental de bien protéger et bâcher toutes les surfaces susceptibles d’être atteintes par la peinture : sol, murs à proximité, mobilier, structure métalique… Pour garantir la propreté de l’expérience.
- Commander le matériel largement à l’avance pour ne pas être surpris par le temps si la livraison prend du retard.
- Il est bon de prévoir sur le lieu de la peinture un sac poubelle pour stocker les bombes vides et différents déchets.
- Prévoir masques (haute protection – 
exemple ici - ou uniquement les filtres si l’artiste possède déjà un masque) et gants de protection pour le ou les artistes.
- Commander toujours un peu plus de caps (embouts permettant d’obtenir des tracés plus ou moins fins) au cas où.

 

Quel budget prévoir pour une performance graffiti ?


Chaque artiste pratique ses propres tarifs comme bon lui semble. Le prix dépend souvent beaucoup de la complexité de ce qu’il lui est demandé, le nombre de contraintes, faut-il prévoir une maquette préparative, la faire valider etc… Autre facteur influent sur le tarif : le nombre d’artistes participant à la performance. Si vous avez affaire à un graffiti artiste sérieux, son cachet pour une prestation ne devrait pas descendre en dessous de 500€.

 

Et encore quelques lignes sur le STREET ART... " la révolution artistique urbaine "







Les salles d'exposition proposant une performance en direct doivent être le plus vaste possible afin de rendre spectaculaire la prestation artistique.
Ici, le Dojo de Magny le Hongre (77) équipé d'un éclairage de lumière noire pour une expo fluo de Frederic Gracia (nov 2013)




Trompe-l’œil de bas-relief

 
Le trompe-l’œil de bas-relief est une technique assez simple en soi, qui consiste en l’imitation de bas-reliefs de style égyptien, précolombien, ou autre...
 
Cette technique pourrait très bien se conjuguer avec une des autres proposées ici.
 
Préparation :
Les dessins doivent êtres assez simples, il faut privilégier les formes géométriques (simples ou complexes) fermées et nettes. À cet usage, une petite recherche documentaire pourrait s’avérer très utile.
 
Les bas-reliefs sont généralement disposés en bandes (verticales ou horizontales) et leur contenu s’accorde bien souvent avec cette présentation puisqu’il s’agit alors d’une ou plusieurs narrations. Il serait donc bon de préparer un synopsis qui résumerait ce qu’il se passe dans votre bas-relief, avant de passer à la réalisation proprement dite.
 

Réalisation :
 
Pour vous permettre de comprendre l’effet à obtenir par le bas-relief, nous vous proposons un petit travail préalable :
 
Reproduisez (au moyen d’une photocopieuse,...) un dessin sommaire (un véhicule, un arbre,...) sur trois feuilles de couleurs différentes : l’une sera la couleur moyenne de votre bas-relief (c’est-à-dire la partie moyennement éclairée, par exemple :un ocre vif) ; une deuxième couleur représentera la partie ombrée de votre bas-relief (par exemple : un brun foncé, terre de Sienne, ) et une autre couleur sera la partie la plus éclairée de votre bas-relief (un jaune pastel, par exemple).
 
Découpez rigoureusement les trois dessins, puis superposez-les dans l’ordre suivant : l’ombre (brun foncé), la lumière (jaune pastel) et la couleur moyenne (ocre vif) par-dessus tout. Veillez à ce qu’aucun de dépasse. Décalez le découpage de l’ombre (brun foncé) de 0,5 cm vers le bas et vers la droite, puis décalez celui de la lumière (jaune pastel) de 0,5 cm vers le haut et vers la gauche. Vous obtenez ainsi un effet rappelant un bas-relief. Bien sûr, l’exécution à la peinture de cet "effet" est plus belle, mais elle demande une certaine dextérité et de l’habitude.
 
Le "secret" réside surtout dans la patience de l’artiste et une bonne harmonie des couleurs utilisées.

 
Techniques conseillées :
 
La peinture, bien qu’elle ne soit pas à la portée de tous pour cette technique-ci ; le collage de papier découpé, comme expliqué ci-dessus, est plus facile à réaliser mais demande cependant de la patience et du dosage.
 


Trompe-l’œil & décors de théâtre

 
Le trompe-l’œil comme on l’entend ici se rattache à une longue tradition de peinture, il vise à "tromper" le spectateur en lui faisant passer pour tridimensionnel un espace plat.
 
Préparation :
 
Il serait plutôt question de faire référence aux décors de théâtre, de cinéma,... que de réaliser un véritable trompe-l’œil. En présentant en taille réelle des scènes de la vie quotidienne, ou un endroit prolongeant l’espace dans lequel seront vos spectateurs, vous les intégrez à un univers, de manière continue par rapport à leur environnement (exemple : vous peignez une banquise pour inviter le spectateur dans un espace polaire...).
 
Quelle que soit votre démarche, elle suppose quand même certaines notions de perspective et de peinture "décorative".
 
Réalisation :
Le trompe-l’œil peut se peindre horizontalement ou verticalement, cette dernière solution permet cependant d’appréhender plus exactement ce que sera le résultat final ; l’inconvénient c’est qu’elle favorise les coulées de peinture sur la toile (pendant l’exécution ou le séchage).
 
Il est nécessaire d’avoir tracé à l’avance l’intégralité de votre dessin, même si vous comptez vous baser sur une ou plusieurs photos. À ce propos, nous vous recommandons fortement d’utiliser une des techniques de reproduction pour redessiner des photos. Choisissez de préférences des photos de grandes tailles, qui vous permettront d’observer toutes les nuances de couleurs...
 
Plutôt que de commencer dans un coin et terminer dans le coin opposé, procédez par grandes étapes ; allez du général au particulier...
 
Placez d’abord les grandes zones de couleurs (ciel, sols, bâtiments...), puis les zones de tailles intermédiaires (personnages, véhicules, grands objets,...), pour terminer par les petits détails (une montre, un patin à roulettes,...). Tout au long du travail, de fréquents coups d’œil vous permettront de juger la qualité et l’avancement, bien mieux que si vous aviez terminé complètement quelques parties de toile et laissé d’autres intégralement vierges.
 
Cette approche est d’ailleurs avantageuse dans le cas ou plusieurs personnes réaliseraient la même toile, car elle évite d’avoir de trop grandes discordances de styles, puisque la fresque est réalisée "en une fois" et non pas "par petits morceaux".
 
Techniques conseillées :
 
Par définition, c’est la peinture qui convient le mieux à la réalisation de trompe-l’œil. Cependant, les autres techniques développées à la section "Approche technique" sont certainement aussi valables et peuvent être utilisées avec beaucoup de succès en complément de la peinture. Plus particulièrement, le collage peut en donner d’excellents !



Trompe l'oeil à Fontenay-aux-Roses (92) . Frederic Gracia



 
"À la manière de"...
 

La liste de propositions qui suit n’est donnée qu’à titre indicatif, dans le but d’éveiller l’imagination ou l’intérêt...
 
Nous avons délibérément mélangé artistes, courants et cultures, en songeant qu’il ne tient qu’à vous d’y pêcher quelques idées à mettre ensemble.
 
...Van Gogh, fresques égyptiennes, icônes byzantines, Matisse, Pop art, Surréalisme, peintures rupestres de la préhistoire, Degas, Monet, Turner, Klee, Folon, Vazarelli, Hergé, dessin technique et industriel, graphiques d’entreprise, Fra Angelico, Van Eyck, Jackson Pollock, Hockney, Pointillisme, Walt Disney, Michel-Ange, Rembrandt, Expressionnisme allemand, Cubisme, Jeff Koons, art africain, peinture perse, Cézanne, primitifs flamands, El Greco, Vermeer, Permeke, Dubuffet, Expressionnisme américain, affiches publicitaires, affiches de cinéma, Franquin, Modigliani, Delaunay, peinture naïve, Comics américains, Dali, Picasso, Giotto, esquisses ou croquis, Magritte, Ensor, Dessin d’enfant, vieilles gravures, illustrations de carte à jouer ou du tarot, Mangas, tapisserie ancienne, mosaïque, art décoratif chinois, estampes, enluminures, Brueghel l’ancien, Jérome Bosch, Tintoret, fresques gothiques, vitraux, Rouault, dessins incas de l’ancien Pérou, illustrations pour enfants, Toulouse-Lautrec, Mirò, Images d’Epinal, caricatures XIXè S, dessins de mode, art esquimau, cartoons américains, dada...
 
Mathieu Detaille peinture : académie, allégorie, aquarelle, badigeon, badigeonnage, bambochade, barbouillage, barbouille, bergerie, caricature, couleur, crayon, croûte, décor, décoration, description, détrempe, diptyque, ébauche, enduit, enluminure, esquisse, estampe, étude, fard, fresque, gouache, gribouillage, histoire, icône, image, laque, lavis, maquette, marine, maternité, mine de plomb, miniature, nature morte, nu, panorama, pastel, paysage, pochade, polyptyque, portrait, ravalement, recouvrement, représentation, retable, revêtement, scène, sépia, sous-bois, tableau, toile, verdure, vernis, vue.
 
image : allégorie, apparence, application, aquarelle, aquatinte, avant-goût, bosse, buste, caricature, chromo, cliché, comparaison, croquis, décalcomanie, description, dessin, eau-forte, échantillon, écho, effigie, emblème, enseigne, estampe, exemple, expression, face, fantasme, fétiche, figuration, figure, figurine, forme, fresque, gouache, graphique, gravure, héliogravure, icône, idée, illusion, illustration, imitation, impression, incarnation, litho, lithographie, manifestation, médaillon, métaphore, métonymie, mine de plomb, miniature, mirage, miroir, modèle, nu, ombre, parabole, peinture, perception, photo, photographie, plan, planche, portrait, reflet, réminiscence, réplique, représentation, reproduction, ressemblance, rêve, rêverie, schéma, sculpture, semblance, sépia, signe, simulacre, souvenir, spécimen, statue, statuette, symbole, tableau, tête, tracé, type, vignette, visage, vision, vue.
 
tableau : allégorie, aspect, avant-goût, bilan, cadre, calendrier, canevas, canon, catalogue, croûte, dénombrement, description, diorama, diptyque, énumération, esquisse, état, féerie, figure, fresque, graphique, image, index, inventaire, liste, médaillon, mémoire, narration, nature morte, navet, nomenclature, nu, panneau, panorama, paysage, peinture, pochade, polyptyque, portrait, récit, relevé, répertoire, représentation, rôle, scène, site, spectacle, table, tableautin, tablette, tablier, tarif, toile, transparent, triptyque, vision, vue, vue d'ensemble.
 
perspective : angle, aspect, attente, avant-goût, champ, conjecture, contour, côté, coup d'oeil, dimension, échappée, éclairage, espérance, événement, éventualité, expectance, expectative, fond, horizon, idée, jour, optique, paysage, pensée, plan, point, point de vue, prévision, probabilité, profil, profondeur, projection, semblance, silhouette, site, tournure, trompe-l'oeil, vision, vue.
 
trompe-l'oeil : façade, fard, faux-semblant, illusion, illusionnisme, mirage, perspective.
illusion : aberration, amusement, aveuglement, baudruche, caresse, carotte, charme, chimère, duperie, enchantement, erreur, espérance, fantaisie, fantasmagorie, fantasme, fantôme, faux, féerie, fiction, fumée, hallucination, hochet, idée, illusionnisme, image, imagination, impossibilité, imposture, irréalité, irréel, leurre, magie, manipulation, mensonge, mirage, mythe, néant, ombre, paréidolie, passe-passe, pensée, prestidigitation, prestige, reflet, rêve, rêverie, semblant, simulation, songe, tour de passe-passe, trompe-l'oeil, tromperie, utopie, vanité, vision.
 
vision : apparition, appréhension, aspect, chimère, conception, discernement, divagation, évocation, extase, fantasme, fantôme, folie, forme, hallucination, hantise, idée, illusion, image, imagination, intuition, mirage, mysticisme, obsession, oeil, ombre, optique, perspective, phantasme, pressentiment, regard, représentation, rêve, révélation, revenant, rêverie, sentiment, simulacre, spectacle, spectre, tableau, vue.
 
paysage : bergerie, bucolique, campagne, carte, coup d'oeil, décor, dessin, figure, horizon, marine, panorama, peinture, perspective, point de vue, scène, site, situation, sous-bois, tableau, verdure, vue.
 
lumière : beauté, bougeoir, brillant, chatoiement, clarté, connaissance, coruscation, éclair, éclairage, éclaircissement, éclairement, éclat, électricité, embrasement, étincelle, évidence, explication, feu, flambeau, flamboiement, flamme, fleuron, génie, gloire, halo, illumination, illustration, indication, information, intelligence, jour, lampe, lampe astrale, lanterne, lueur, luminosité, miroitement, notabilité, orifice, ornement, ouverture, personnalité, phare, phénix, poudroiement, précision, publicité, raison, rayon, rayonnement, reflet, renseignement, savant, savoir, scintillement, soleil, sommité, splendeur, vérité, vie.
 
point de vue : angle, aspect, avis, belvédère, biais, côté, coup d'oeil, échappée, éclairage, face, façon de penser, horizon, idée, jour, jugement, opinion, optique, panorama, paysage, pensée, perspective, position, sens, sentiment, site, tournure, vue, vues.
 
panorama : diorama, échappée, horizon, paysage, peinture, point de vue, site, spectacle, tableau, vue, vue d'ensemble.
 
dessin : aide-mémoire, anaglyphe, aquarelle, arabesque, arborisation, bistre, brochure, canevas, caricature, carreau, cartographie, carton, cartouche, charge, chinure, composition, conception, contour, copie, coupe, crayon, croquis, délinéation, dessein, diagraphe, disposition, ébauche, élévation, épure, esquisse, estampe, estompe, étude, figuration, figure, fleurage, forme, fusain, galbe, gouache, graffiti, graphique, gravure, grecque, illustration, image, lavis, levé, ligne, méandre, miniature, motif, nature, nu, oeuvre, ornement, patron, paysage, plan, pochoir, pointe-sèche, poncif, portrait, projection, projet, racinage, ramage, ramification, relevé, report, représentation, sanguine, sauce, schéma, section, sépia, silhouette, stéréographie, teneur, topographie, tracé, trait, treillis, végétation, veinure, vignette, vue.
 
mural : pariétal, rupestre.
 
peintre : animalier, aquarelliste, artiste, badigeonneur, barbouilleur, classique, coloriste, cubiste, enduiseur, enlumineur, expressionniste, fauviste, fresquiste, illustrateur, impressionniste, miniaturiste, nabi, naïf, naturaliste, non-figuratif, orientaliste, pastelliste, paysagiste, pointilliste, pompier, portraitiste, préraphaélite, rapin, réaliste, romantique, surréaliste, symboliste, tachiste.
art : adresse, affectation, alchimie, application, apprêt, artifice, artisanat, astuce, beau, beauté, chic, compétence, dextérité, discipline, don, effort, éloquence, état, étude, façon, faire, fard, génie, habileté, industrie, intelligence, maîtrise, manière, méthode, métier, moyen, parti, poésie, pouvoir, préparation, procédé, profession, puissance, qualité, recherche, ruse, savoir-faire, science, secret, soin, style, talent, technique, tour, travail, truc.
 






 

Ciel, nuages, anges, fleurs. Peinture réalisée en atelier.  Acrylique sur toile marouflée au plafond chez des particuliers.
Frederic Gracia  . juillet 2013.




artiste : acteur, artisan, artistique, bohème, chanteur, chanteuse, clown, coiffeur, comédien, danseur, décorateur, dessinateur, écrivain, esthète, étoile, étudiant, exécutant, fantaisiste, graveur, interprète, maître, musicien, ouvrier, peintre, prestidigitateur, saltimbanque, sculpteur, star, vedette, virtuose.
 
architecte : bâtisseur, chef, constructeur, créateur, décorateur, édificateur, entrepreneur, ingénieur, inventeur, maître, maître des oeuvres, ordonnateur.
 
monumental : architectural, beau, colossal, cyclopéen, démesuré, éléphantesque, énorme, fabuleux, fantastique, faramineux, gigantesque, grand, grandiose, immense, imposant, impressionnant, inouï, majestueux, phénoménal, prodigieux, pyramidal, sculptural, sublime, titanesque.
 
décor : agencement, ambiance, apparat, appareil, apparence, atmosphère, cadre, décoration, guirlande, milieu, mise en scène, ornement, ornementation, paysage, peinture, praticable, scène, scénographie, spectacle, théâtre, toile de fond.
 
décoration : agencement, amélioration, ameublement, apparat, architecture, attribut, banane, barrette, bosse, chaîne, cordon, crachat, croix, décor, décorum, distinction, émail, embellissement, étoile, guirlande, insigne, installation, mannequinage, médaille, mosaïque, orfèvrerie, ornement, ornementation, palme, parure, peinture, plaque, récompense, retable, rosette, ruban, sculpture, tapisserie.
 
embellissement : agrément, amélioration, décoration, développement, enjolivement, enjolivure, fioriture, idéalisation, ornementation, parure, restauration





 
Street Art


 
 

 
Trompe l'oeil classique (détail) . Châtillon (92) . Frederic Gracia

 




Guide pratique / Liens utiles:
Associations & Organismes



                                                                   FONGECIF Ile-de-France
http://www.fongecif-idf.fr/
2 ter, bd Saint-Martin
75498 Paris cedex 10
Tél. : 01 44 10 58 58
Pole Emploi
http://www.pole-emploi.fr/accueil/


Registre National des Certifications professionnelles (RNCP)
http://www.cncp.gouv.fr/
Consultez la fiche officielle du Titre de Peintre en Décor enregistrée au RNCP
La Maison des Artistes
http://www.lamaisondesartistes.fr/
90, avenue de Flandre
75019 Paris
Tél. : 01 53 35 83 63
 

Institut National des Métiers d'Art
www.institut-metiersdart.org
Viaduc des arts, 23 avenue Daumesnil
75012 Paris
Tél. : 01 55 78 85 85
Email : info@inma-france.org
 

C.C.I. de Versailles
www.versailles.cci.fr
21, avenue de Paris
78000 Versailles
Tél. : 01 30 84 78 78
 
Conseil Régional IDF
www.iledefrance.fr
Ministère de la Culture
www.culture.gouv.fr
 
Fédération Française du Bâtiment
www.ffbatiment.fr
9, rue La Pérouse
75784 Paris cedex 16
Chambre des Métiers
www.artisanat.fr

CAPEB - Confédération de l'Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment
www.capeb.fr
2, rue Béranger
75140 Paris cedex 03
Tél. 01 53 60 50 00
capeb@capeb.fr
 

AWG
The American Women's Group in Paris
www.awgparis.org
 

AFDAS
Fonds d'assurance formation des secteurs de la culture, de la communication et des loisirs
www.afdas.com
  (Ile-de-France, Centre, Champagne-Ardennes)
66, rue Stendhal - CS 32016 - 75990 Paris Cedex 20
Standard : 01 44 78 39 39
Département intermittents du spectacle, journalistes pigistes : 01 44 78 38 44
Département salarié et demandeurs d'emploi : 01 44 78 38 45
  DÉLÉGATION CENTRE-EST
(Rhône-Alpes, Auvergne, Bourgogne, Franche-Comté)
Espace Confluence - 3, cours Charlemagne - CS 60038 - 69286 Lyon Cedex 02
Tél : 04 72 00 23 00
Fax : 04 72 00 22 71
  DÉLÉGATION SUD-EST
(Provence-Alpes-Côte-d'Azur, Languedoc-Roussillon, Corse)
40, boulevard de Dunkerque - BP 71663 - 13566 Marseille cedex 02
Tél : 04 91 99 41 98
Fax : 04 91 91 23 08
  Bureau Montpellier (Languedoc-Roussillon)
Immeuble le Genesis, Parc Eureka
97 rue de Freyr - 34000 Montpellier
Tél : 04 91 99 44 83
Fax : 04 67 15 81 45
  DÉLÉGATION SUD-OUEST
(Aquitaine, Midi-Pyrénées, Poitou-Charentes, Limousin)
74 rue Georges Bonnac - Les Jardins de Gambetta - Tour 2 - 2ème étage - 33000 Bordeaux
Tél : 05 56 48 91 80
Fax : 05 56 48 91 81
  DÉLÉGATION OUEST
(Bretagne, Pays-de-la-Loire, Basse-Normandie)
227, rue de Châteaugiron - 35000 Rennes
Tél : 02 23 21 12 60
Fax : 02 23 21 12 61
  DÉLÉGATION NORD-OUEST
(Nord-Pas-de-Calais, Haute-Normandie, Picardie)
87, rue Nationale - 59000 Lille
Tél. : 03 20 17 16 80
Fax : 03 20 17 16 81
  DÉLÉGATION EST
(Alsace, Lorraine)
42 rue Jean-Frédéric Oberlin - 67000 Strasbourg
Tél. : 03 88 23 94 70
Fax : 03 88 23 05 88





Frederic Gracia devant un de ses panoramiques fluorescents.
Commande de la base aérienne 110 de Creil (60)







Frédéric Gracia au cours de sa performance en direct lors de la soirée Magny by Night édition 2015





cliquer sur l'image pour accéder au site art-gracia.com






CONTACT: 

ATELIER FREDERIC GRACIA
25, ALLEE DE LA VIGNE
92350 LE PLESSIS ROBINSON. FRANCE
TEL 06 15 66 31 38
gracia@club-internet.fr